den Augenblick erkennen, den Moment erleben

6. Mai 2012

promenades à Berlin XVII


quand tu es près de moi,
cette chambre n'a plus de parois,
mais des arbres oui, des arbres infinis,
et quand tu es tellement près de moi,
c'est comme si ce plafond-là,
il n'existait plus, je vois le ciel penché sur nous... qui restons ainsi,
abandonnés tout comme si,
il n'y avait plus rien, non plus rien d'autre au monde,
j'entends l'harmonica... mais on dirait un orgue,
qui chante pour toi et pour moi,
là-haut dans le ciel infini,
et pour toi, et pour moi

Carla Bruni, Le ciel dans une chambre

Keine Kommentare:

Kommentar veröffentlichen